Ecrit par Marie-Josée Martel - 05 décembre 2019
La méthode kangourou ou le « peau-à-peau »
La méthode kangourou (MK), ou « peau à peau » est un exemple de soin où le parent peut s’impliquer concrètement et passe un moment intime avec son bébé et offre un contact privilégié entre le parent et l’enfant.
Image
methode peau à peau mère et son bébé

La méthode kangourou (MK), ou « peau à peau » est un exemple de soin où le parent peut s’impliquer concrètement et passe un moment intime avec son bébé et offre un contact privilégié entre le parent et l’enfant.

Vêtu seulement d’une couche et d’une petite tuque (bonnet) pour conserver la chaleur de sa tête, le bébé est placé en position fœtale, lové contre le corps dénudé de son parent et recouvert d’une couverture ou d’un tube kangourou spécialement conçu à cet effet.

Si le bébé n’a pas besoin d’une surveillance spécifique, ce contact peut être fait dans les minutes suivant la naissance. Lors d’une naissance prématurée, toutefois, le bébé doit généralement être transféré rapidement à l’unité néonatale. Cela dit, ce contact est favorisé dès que possible, car il présente de nombreux avantages pour le bébé et ses parents. La méthode kangourou (MK) permet un contact intime entre le parent et son bébé ; elle permet, au parent, de poser les mains sur le corps de son bébé, et plus particulièrement sur son dos, une zone qui est moins souvent touchée lorsqu’il est couché dans son incubateur. La méthode kangourou (MK) offre en outre au bébé des expériences positives semblables à celles qu’il a vécues dans le ventre de sa mère. Il peut en effet réentendre des sons qui lui sont familiers, notamment les battements de cœur et les bruits de digestion provenant des intestins. Lorsque la mère applique la méthode kangourou, le bébé peut sentir les odeurs familières de sa peau et du lait maternel. Lorsque le père prend le bébé en kangourou, celui-ci reconnaît sa voix plus grave, qui traversait plus facilement les parois utérines. Il peut en outre exercer son réflexe de préhension et se réconforter en agrippant les poils de son torse (même si cela peut faire grimacer papa !).

Cette méthode favorise le développement du lien d’attachement parent-enfant et améliore la production du lait maternel, qui est essentiel au développement des enfants prématurés. La proximité avec le bébé a en effet une influence favorable sur les hormones responsables de la production du lait maternel. Cette méthode a aussi des bienfaits sur les symptômes de dépression et d’anxiété chez les mères.

Elle apporte en outre plusieurs bénéfices aux bébés prématurés, dont une plus grande stabilité des signes vitaux (rythmes respiratoire et cardiaque), une diminution des infections, une amélioration de la qualité du sommeil ainsi qu’un meilleur contrôle de la douleur. De nombreux autres bénéfices ont par ailleurs été documentés par les recherches, notamment pour les bébés nés après 26 semaines de grossesse. Les recommandations les plus récentes nous incitent à l’implanter le plus tôt, le plus souvent et le plus longtemps possible lorsque l’état de santé du bébé et de la maman le permettent. Ainsi, la MK n’est pas un privilège, mais une nécessité pour le bébé et pour sa famille.

 

« Quand je fais la méthode kangourou, je me sens un peu comme les autres mères ; je peux enfin le prendre, mais, surtout, c’est là qu’on se retrouve ! ».

 Une mère évoque à quel point elle était heureuse de pouvoir prendre son bébé et d’enfin se sentir mère

Un père témoigne quant à lui :

J’apprécie tellement ce contact privilégié avec mon fils. C’est certain que je vais continuer ce rituel à la maison : c’est notre moment à tous les deux !

Cependant, certains parents, peuvent figer ou ne savent pas quoi faire lors des premières expériences. Certains parents sont en effet déroutés par la taille du bébé, par les équipements qui l’entourent ou par des facteurs personnels. En effet, ce ne sont pas tous les parents qui apprécient la MK. Pour certains, il peut s’agir d’une source de stress important.

Un père raconte :

Au début, j’étais comme figé. Je pense que je n’étais pas certain d’aimer ça. Je savais que c’était bon pour ma fille, mais, honnêtement, ça m’a pris du temps avant d’aimer ça pour vrai !

Certains parents racontent qu’ils n’ont pas pu s’empêcher de pleurer lorsqu’ils ont pris leur bébé en peau à peau pour la première fois. Cette réaction est tout à fait normale : ce contact privilégié et intime peut en effet faire surgir des émotions retenues ou profondément enfouies. Certains parents, surtout les pères, qui n’ont pas porté le bébé, disent que ce contact leur a permis de se sentir parents pour la première fois depuis la naissance. Quelle que soit la nature des émotions que ce contact provoque chez vous, l’important est d’y laisser libre cours et de ne pas porter de jugement.

Chaque UNN a son propre protocole pour l’application de la méthode kangourou, mais voici un exemple concret qui pourra guider les parents.

 


Avant

  • Préparez l’environnement, si possible avec l’aide de l’infirmière :
    • Diminuez l’exposition à la lumière (lampe de chevet, soleil, photothérapie à proximité, etc.).
    • Diminuez le bruit (intensité des voix et alarmes en mode silencieux lorsque cela est possible, etc.).
  • Préparez votre bébé et vous-même :
    • Placez la couverture et le bonnet dans l’incubateur cinq minutes avant la MK. Si votre enfant est dans un petit lit, informez-vous de la possibilité de les faire réchauffer à l’unité néonatale ou à la salle d’accouchement.
    • Lavez vos mains et assurez-vous que la peau de votre poitrine est propre et non parfumée.
    • Retirez vos bijoux afin de favoriser un contact optimal et de protéger la peau fragile de votre enfant.
    • Dénudez votre poitrine et enfilez une blouse d’hôpital. Vous pouvez aussi garder vos vêtements et dénuder votre poitrine seulement au moment où votre enfant est placé contre vous. Les mamans devraient enlever leur soutien-gorge. Quant aux pères, ils devraient éviter de se raser les poils du torse (e bébé pourra s’y agripper pour se sécuriser !).
    • Si votre bébé porte un pyjama, retirez-le tout en lui expliquant que vous vous apprêtez à le toucher (s’il tolère cette stimulation auditive, bien entendu). Il ne devrait porter qu’une couche. Durant cette étape, assurez-vous de le garder le plus possible en position fœtale. La position sur le côté vous aidera à le garder groupé de cette façon. Il est plus stressant pour le bébé d’être sur le dos, en position ouverte.
    • Mettez-lui un bonnet ou une petite tuque.
    • Donnez-lui une sucette d’amusement (s’il est capable de téter).
    • Faites-lui agripper votre doigt ou un objet.

N’hésitez pas à prendre des pauses et faire mes méthodes de retour au calme (décrites dans le livre) si votre bébé montre des signes de stress pendant la préparation à la méthode kangourou. Ces moments l’aideront non seulement à se réorganiser, mais aussi à mieux tolérer le transfert. Maintenant que vous connaissez son langage (décrit dans le livre), laissez-vous guider par votre bébé pour savoir quand commencer le transfert

mjmartelmethodekangourou1.png

Pendant

  • Renseignez-vous auprès de l’infirmière pour savoir comment faire le transfert. Il existe deux options : on vous donne votre bébé alors que vous êtes déjà assis ou vous allez le chercher dans l’incubateur ou le lit. Dans ce dernier cas, vous aurez besoin d’aide pour déplacer le matériel en même temps. Il est important de respecter les principes des méthodes de déplacement et de portage durant le transfert.
  • Assoyez-vous confortablement dans un fauteuil, une chaise berçante ou une chaise zéro-gravité (si disponible). Il est recommandé d’utiliser une chaise inclinée à 60 degrés afin que votre bébé soit bien lové contre vous.
  • Afin de faciliter la respiration de votre bébé, placez sa tête sur le côté, légèrement penchée vers l’avant ou dans une position neutre. Recouvrez votre bébé de la couverture, puis de la jaquette d’hôpital ou de vos vêtements.
  • Profitez de ces moments avec votre bébé. Rappelez-vous qu’il peut réagir à retardement après le transfert en raison de l’immaturité de son système nerveux. S’il ne montre pas de signes de stress, vous pouvez commencer par lui parler d’une voix douce et calme. S’il tolère bien cette première stimulation, vous pouvez lui chanter une berceuse ou le caresser. L’important est de lui présenter une stimulation à la fois et de vérifier s’il la tolère bien.
  • N’hésitez pas à utiliser les méthodes de retour au calme s’il montre des signes de stress pendant la MK.
  • La MK doit généralement durer un minimum de 60 minutes afin que votre bébé atteigne la phase de sommeil profond. En effet, le cycle de sommeil d’un enfant de cet âge dure en moyenne 50 à 60 minutes et cette phase de sommeil est la dernière. Elle lui permet de bien récupérer, de grandir, d’assimiler ce qu’il a vécu durant la journée, etc
  • Il arrive souvent que du lait coule des seins de la maman durant ce moment privilégié. Ayez quelques débarbouillettes à portée de main pour vous essuyer au besoin. Sachez que vous pouvez aussi tirer votre lait pendant que votre bébé est sur vous, surtout si vous faites la MK durant une longue période.
  • Il n’est pas recommandé de s’endormir dans une chaise avec votre bébé, à moins d’utiliser un outil de positionnement et de portage sécuritaire permettant de prévenir les chutes, comme le tube kangourou. Renseignez-vous auprès de l’infirmière afin de savoir si ce type de matériel est disponible à hôpital où vous êtes.

Après

Utilisez les méthodes de portage (décrites dans le livre) pour le retour dans l’incubateur ou le lit. Il se peut que la procédure de l’UNN exige qu’un membre du personnel soignant s’en occupe. Si tel est le cas, le transfert se fera selon les méthodes de portage. Par ailleurs, afin de limiter le temps passé en suspension à l’horizontale dans les airs et d’assurer à l’enfant une présence physique enveloppante, le membre du personnel soignant s’approchera le plus près possible de vous pour le prendre.

Si vous assurez vous-même le transfert, reposez votre bébé sur le matelas de son incubateur ou de son lit en faisant des gestes lents et en vous penchant le plus possible pour limiter la distance entre votre poitrine et l’endroit où il est déposé. Assurez-vous d’appliquer les méthodes de retour au calme pendant les minutes qui suivent afin de lui laisser le temps de se réorganiser. Prenez le temps de lui dire que la méthode kangourou est terminée (s’il le tolère bien, évidemment).


Extrait du livre "Être parent à l’unité néonatale : tisser des liens pour la vie"

9782896198290_livre néonat.jpg« Ce livre fait le pont entre la nuit et le jour. C'est en quelque sorte un guide de voyage vers une destination inconnue, celle de la prématurité. Extrait de la préface de Ginette Mantha, fondatrice et directrice de Préma-Québec. »

Écrit par...

Marie-Josée Martel
Marie-Josée Martel
Description

Professeure en sciences infirmières
Chercheure associée au centre de recherche du CHU Sainte-Justine
Chercheure régulière au CEIDEF
Université du Québec à Trois-Rivières

Membre depuis

11 mois
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires