Ecrit par - 05 novembre 2018
Entre le CAMSP et le libéral : les bonnes questions à se poser
Parents, vous vous posez la question du choix entre confier le suivi de votre enfant à un Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) ou bien à des professionnels en libéral ?
Image
enfant qui joue sur un tapis

Une place va se libérer en Centre d'action médico-sociale précoce (CAMSP) et vous aviez déjà mis en place un suivi en rééducation par des professionnels en libéral ; que faire ? Quitter le libéral pour le CAMSP ? Quelles sont les questions à se poser.

Vous vous demandez s’il est préférable de mettre en place un suivi par des professionnels en libéral ou bien d‘opter pour le CAMSP. Il n’est pas possible (ou dans des cas très particuliers) d’obtenir un financement par la Sécurité sociale à la fois pour le CAMSP et pour des séances en libéral.

L’un et l’autre présentent des avantages et des inconvénients. En fonction des Centres d'Action Médico Sociale Précoce (CAMSP) et votre projet familial, etc, les arguments en faveur d’une option ou de l’autre varient.

Voici quelques questions à poser et les informations à recueillir qui vous aideront dans votre réflexion et votre choix.

Au sujet du CAMSP…

  • Quels sont les délais d’attente ?
     
  • Quels sont les protocoles du CAMSP pour démarrer les prises en charge ? Qui va vous recevoir, y aura-t-il une visite à domicile… quelles vont être les étapes ? Combien de temps dure la période d’évaluation des besoins de l’enfant ? Combien de temps se passe entre le premier rendez-vous et le bilan ? Chaque CAMSP a sa propre façon de procéder.
     
  • Est-ce un CAMSP polyvalent ou pour des enfants avec des déficiences précises ? Le CAMSP a-t-il des places réservées pour des enfants avec un type de handicap en particulier, une prématurité ou autre… ?
     
  • Quel est l’âge maximal d’entrée dans ce CAMSP ? Certains CAMSP peuvent décider de ne pas accueillir les enfants au-delà d’un certain âge, même en deçà de 6 ans. C’est une question à laquelle sont souvent confrontées les familles quand le diagnostic arrive après les 4 ans de l’enfant…
     
  • Combien de séances propose le CAMSP par semaine ? A savoir, en moyenne 3 séances dans la semaine. Par exemple, le CAMSP propose de l’orthophonie mais pensez à demander combien de séance par semaine l’enfant pourrait avoir…
     
  • Peut-on choisir ses créneaux hebdomadaires de prise en charge ?
     
  • Quels sont les lieux d’intervention des professionnels du CAMSP ? Ceux-ci peuvent notamment intervenir à domicile ou les lieux de vie de l’enfant.
     
  • A quelle distance de votre domicile le CAMSP se situe-t-il ? Comment vont s’organiser les trajets et transports de votre enfant ?
     
  • Comment se passent les prises en charge pendant les périodes de vacances scolaires ?
     
  • Quelles sont les méthodes et compétences spécifiques du CAMSP ? Par exemple, vous pouvez demander quelle est méthode proposée par le/la psychologue…
     
  • Est-ce que le CAMSP propose des temps éducatifs, des temps où les enfants sont en groupe… ? Comment est-ce que le CAMSP présente ces projets et les différents temps ?
     
  • Quels sont les temps de rencontre avec d’autres familles mis en place éventuellement ? L’avantage d’un CAMSP est qu’il est possible de nouer des liens avec d’autres parents lorsque ceux-ci accompagnent leur enfant ou bien sur des temps de rencontre organisés par le CAMSP.
     
  • En CAMSP, le travail en équipe est favorisé par la présence sur le même lieu. Quels sont les temps de concertation de l’équipe ? et avec la famille ? Comment se déroule la/les réunion(s) de synthèse dans l’année ?
     
  • Comment le CAMSP travaille en lien avec un éventuel professionnel en libéral qui suit également l’enfant ?
     
  • Comment se passe la prise en charge financière par la Sécurité sociale si vous devez faire des séances avec un professionnel en libéral en dehors du CAMSP ? La Sécurité sociale peut ne pas prendre en charge les séances en libéral…
Double prise en charge : cela peut être nécessaire dans le cas de figure où :  le CAMSP a le professionnel pour un type de rééducation mais n’a pas de places pour vous le proposer ou lorsque le CAMSP ne propose pas certaines rééducations parce qu’il n’a pas le professionnel pour.

A noter : lorsqu’il existe plusieurs CAMSP sur un territoire et que vous pouvez en solliciter plusieurs (certes ce n’est pas la majorité des cas !), il faut savoir que chaque CAMSP a ses propres règles. Penser à questionner chaque structure.

Au sujet des professionnels libéraux…

  • Quels sont les délais pour avoir un premier rendez-vous ?
     
  • Quelles sont les conditions de remboursement des séances ? Quelles sont les prises en charge financières pour les séances ? Certains soins ne sont pas financés par la Sécurité sociale et feront l’objet d’une demande de financement auprès de la MDPH (sans assurance d’une réponse positive, ni du montant). A savoir : dans un CAMSP les soins sont gratuits (financés par la Sécurité sociale).
     
  • Pouvez-vous être présent pendant les séances de votre enfant ?
     
  • Quels sont les lieux d’intervention ? Est-ce qu’un déplacement à votre domicile sera payant et comptabilisé comme une séance ?
     
  • Si vous avez des rendez-vous avec plusieurs professionnels, quels sont les temps de trajet entre les différents lieux, leurs disponibilités ?
     
  • Quelles sont les compétences spécifiques du professionnel ? Les méthodes ou approches auxquelles il/elle a été formé ?
     
  • Le professionnel travaille-t-il en réseau avec d’autres professionnels libéraux et/ou les autres professionnels qui suivent l’enfant ? Ce peut être intéressant pour des échanges sur des compétences spécifiques… Certains professionnels n’hésitent pas échanger notamment lorsqu’ils travaillent ensemble dans un même cabinet paramédical.
     
  • Comment se passe le lien entre le professionnel en libéral et le CAMSP si l’enfant a un suivi en libéral et en CAMSP ?

En complément...

En CAMSP, en cas d’absence d’un professionnel (maladie ou autre), certains CAMSP ont des difficultés pour le remplacer. La Sécurité sociale risque fort de ne pas financer la prise en charge en libéral en parallèle.

Quand vous entamez une prise en charge en libéral, souvent une relation de confiance se créée. Il n’est pas simple de quitter cette situation pour choisir de « recommencer » en CAMSP.

A savoir : si vous ne vous « entendez » pas avec un professionnel du CAMSP, vous ne pouvez pas (ou rarement) demander au CAMSP le changement du thérapeute. Au contraire en libéral, vous pouvez décider de mettre fin à une consultation avec un professionnel pour aller chez une autre personne (avec néanmoins la contrainte des délais d’attente !)

Dans un suivi en libéral vous devrez coordonner les rendez-vous. Le CAMSP peut vous décharger de la charge de cette organisation. Par contre, en CAMSP peut avoir moins de souplesse.

Dans les échanges avec la crèche, l’école…, le fait que l’enfant soit suivi au CAMSP peut être rassurant ; le CAMSP représente une institution « professionnelle », une structure d’appui, etc. Mais ce n’est pas une règle systématique…

N’hésitez pas à interroger votre médecin traitant, une association des réseaux de professionnels… pour avoir des contacts et coordonnées.

 

Écrit par...

Enfant Différent
l'équipe Enfant Différent

Membre depuis

48 années 10 mois
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires