Ecrit par Priscilla Laulan -
6 activités ludiques
Pour aider votre enfant porteur de TSA à se relaxer et à gérer ses émotions par lui-même !
Image
oeufs

Voici 6 activités récréatives pour aider votre enfant avec des Troubles du Spectre Autistique ou porteurs de TDAH à se relaxer et à apprendre à gérer ses émotions !

S’il est un défi dans la vie de parents d’enfants porteurs de troubles neuro-développementaux, c’est bien d’aider son enfant à réguler ses émotions, en diminuant progressivement les manifestations exacerbées de colère ou d’angoisse.

Il arrive que les enfants avec autisme expriment leurs émotions avec les autres de manière extrême. Pour se socialiser, l’enfant doit pouvoir gérer ses émotions. C’est ce qui lui permettra de tisser des liens sociaux. S’il crie, s’il tape, s’il se laisse déborder, inévitablement les autres s’éloignent et à la longue cela nuit gravement à son estime de soi…

Récemment, ma fille m’a demandé « peut-on être heureux si on fait des colères ? ». L’enjeu est donc de taille...Et j’ai institué chaque jour depuis ce temps, un rituel intitulé « joie et bonheur ». Qu’est ce que ce rituel ? Sur la base d’activités et d’outils, nous menons ensemble trois activités, parfois elle toute seule, parfois nous sommes en binôme.

La gestion d’une crise émotionnelle peut être très éprouvant pour les parents et demande de garder  un calme intérieur et de travailler sur soi pour ne pas se laisser déborder par la tension nerveuse et l’irritabilité.
Il y a des petites choses en termes de routines et de rituels qui ont peuvent être mises en place dans une logique préventive.

Apprendre à nos enfants à trouver des petits rituels que j’appelle « joie et bonheur », ne peut qu’être une aide extrêmement précieuse qui les aidera tout au long de leur vie. Plus on commence tôt, plus on augmentera la capacité de l’enfant à prendre les bonnes habitudes et à prévenir les débordements trop importants.

Et le but de cet article est de vous donner des idées de jeux et d’activités ludiques à mettre en œuvre pour aider votre enfant à trouver sa sécurité intérieur, à prendre l’habitude de puiser dans ses ressources internes.

Le grand intérêt des activités ludiques qui vous sont suggérées, c’est qu’elles vous aident aussi vous-même à réguler votre émotion et à vous relaxer.
Aussi l’intérêt est double dans l’institution d’une activité bien-être et jeu redondante dans l’emploi du temps : du bénéfice pour vous et pour votre enfant sur la durée.
Vous devenez plus calme et vous apprenez à apprécier ce moment régulier avec votre enfant, qui prend exemple sur vous.

En fonction du degré de difficulté de votre enfant à gérer ses émotions, à être calme, à supporter la frustration, c’est à vous de déterminer la récurrence du rituel : 1 fois par semaine ? Tous les jours ? Tous les 2 jours ? A vous de sentir le besoin. Toutefois, dans le cas d’un enfant très colérique, ayant beaucoup de mal à supporter la frustration, il vous faut convenir d’un rituel journalier jusqu’à amélioration des difficultés.

C’est sans doute une évidence, mais il est primordial que ces temps d’activités soient annoncés dans un emploi du temps visuel, affiché au mur et qu’ils soient réguliers et à jour fixe avec un pictogramme significatif « relaxation et émotions ». Pour que l’enfant puisse les accepter, s’y accoutumer et se les approprier. Moi je les ai appelé « joie et bonheur » parce qu’il me semble que ce type d’activités y contribue.

Ce rituel, que peut-il être ?
Ce que je propose ce sont des outils ludiques qui viendront en complément, d’autres solutions que vous auriez déjà mises en place. A eux seuls, ils ne peuvent régler toute la problématique.
Toutefois, je vous invite à essayer !

Trucs et astuces

1. La chandelle « chasse-cauchemars »

Un des premiers conseils que je vous donne est de lui faire faire régulièrement des petites postures de yoga dynamique. Vous pouvez distiller les mouvements, car faire une séance de yoga même adaptée aux enfants, peut être trop longue pour des enfants ayant des difficultés d’attention et de concentration.

"Essaie de faire la chandelle, tête en bas et pieds en l’air ! »

→ Il te faut une tenue souple, un mur libre pour appuyer tes jambes tendues.

  1. Debout les pieds joints, lève les deux bras au-dessus de la tête en inspirant de l’air. Ramène-les ensuite le long de ton corps en soufflant lentement. Fais cela 7 fois.
  2. Accroupis-toi en équilibre sur tes pointes de pieds, les mains au sol. Décris ton cauchemar en sautillant doucement. Explique en quoi il te fait peur.
  3. Allonge-toi sur le dos de manière à pouvoir monter tes pieds au mur. Amène doucement tes pieds derrière ta tête, mais garde tes bras au sol, le long de ton torse. Respire calmement quelques instants avant de remettre les pieds au mur.
  4. Enfin, rapproche tes fesses au mur, soulève ton bassin en le soutenant avec tes mains et appuie tes jambes tendues au mur.
  5. Laisse la sensation d’apaisement t’envahir et tes cauchemars s’évaporer…

Les bienfaits de cette activité : Le cauchemar est naturel...et souvent salutaire ! En effet, le cerveau profite de la nuit pour faire le tri des informations de la journée. Toutefois, si les cauchemars sont récurrents, c’est qu’il y a un blocage.

Cette position de yoga, en aidant à la circulation du sang et de l’oxygène dans le cerveau, facilitera l’évacuation des tensions. N’hésitez pas à accompagner votre enfant dans sa démarche afin qu’il verbalise bien la nature de son émotion.

Pour les 3 à 5 ans : soutenez-le pour éviter que sa nuque et le haut de son dos soient malmenés.

2. L’ombre et la lumière

« As-tu remarqué qu’après chaque orage le soleil revient ? Alors, fais-le apparaître ! »

→ Il te faut : des feuilles de papier, des crayons de couleur ou des feutres.

  1. Sur la partie gauche de la feuille, dessine un ciel rempli de gros nuages d’orage. Tu peux utiliser des couleurs sombres.
  2. Sur la partie droite de la feuille, dessine un beau soleil bien jaune, une prairie verte, des fleurs...Bref, un paysage joyeux !
  3. Sur une autre feuille, représente un évènement ou quelque chose que tu n’aimes pas, toujours à gauche.
  4. A droite, avec des couleurs joyeuses, dessine le même évènement, mais « en mieux », c’est à dire comme tu aimerais que ce soit, maintenant au plus tard.
  5. Sous chaque partie, décris en un ou deux mots ce qu’exprime ton dessin.

Les bienfaits de cette activité

Le fait de « broyer du noir » est souvent dû à un sentiment d’être compris ou mal aimé. Or, il est possible de transformer une émotion négative en quelque chose de constructif. En permettant à votre enfant d’exprimer son mal-être par le dessin, en l’accompagnant dans cette démarche, vous lui ferez découvrir qu’il est tout à fait capable de trouver en lui ce déclic qui lui permettra de rebondir. Ne demandez pas une œuvre d’art, une simple représentation graphique suffira, surtout pour les plus petits !

3. Cent histoires du soir

Un outil qui m’inspire beaucoup est ce livre de Sophie Carquain publié aux éditions Marabout. Ce sont des histoires pour faire face à toutes les situations et aider les enfants à surmonter les petits bobos et gros chagrins. C’est un livre ancien qui date déjà des années 2000 mais qui n’a pas vieilli. Vous le trouverez d’occasion sur différents sites internet.
Cela vaut la peine de l’avoir dans sa bibliothèque !

Le parti pris est que ces histoires sont contre le silence. Face à la difficulté, dire la vérité est une clé. Ces histoires du soir abordent différentes thématiques :

  • Des histoires pour dormir (pour ceux qui éprouvent des vraies difficultés à l’endormissement).
  • Des histoires de maladies et d’hôpital
  • Les évènements graves (mort d’une personne)
  • Disputes et divorces
  • Des histoires de maman
  • Des histoires de papa
  • Histoires de frères et de sœurs
  • Doudous et tétines
  • Histoires d’école
  • Histoire de copains
  • Complexes et différences
  • Histoires d’émotions
  • Petites et grosses bêtises

Chaque histoire est suivie d’un paragraphe sur les réactions de l’enfant et de comment l’aborder avec lui, avec des exemples de question. Ainsi, vous êtes guidés.

Voici ce que nous dit l’auteur : « Inutile d’adopter un discours rationnel, explicatif. L’essentiel ne se démontre pas. Il se « voit avec le coeur » ; il se conte et s’imagine. Il en va ainsi de l’histoire de Mathilde l’araignée, qui avait tellement besoin d’amour qu’elle volait tout ce qu’elle trouvait ; de Paul, victime de racket, qui donnait tout ce qu’il avait pour se faire intégrer par sa classe ; de Lola, partie pour un temps indéterminé à l’hôpital ; ou de Malou, la petite sorcière désespérée par le divorce de ses parents et qui se demande si elle ne leur aurait pas jeté un mauvais sort sans le vouloir…Tous ces personnes renvoient dans un effet de miroir, l’enfant à sa propre expérience. Ils sont destinés à lui parler de lui, à mettre à jour les angoisses et les peurs qui ne parviennent pas encore à sa conscience. Avec cette série de petits contes anti-stress, les parents pourront aborder de manière ludique et imagée l’épreuve momentanée vécue par l’enfant…. »

4. Le soleil qui réchauffe le coeur

« Apprends à imaginer le soleil qui chasse la tristesse ! »

→ Il te faut : Un endroit calme et serein, une natte pour s’allonger.

  1. Allonge-toit confortablement, ferme les yeux et pense à la tristesse que tu ressens en ce moment. Inspire de l’air par le nez en gonflant ton ventre.
  2. Souffle lentement par la bouche, en imaginant que ta tristesse sort avec l’air. Un beau soleil brille au dessus de toi.
  3. Maintenant, inspire de l’air en amenant tes bras tendus au-dessus de ta tête, à plat sur le sol. Puis ramène-les le long de ton corps en soufflant. Imagine les rayons du soleil qui te réchauffent.
  4. Reste quelques instants dans cette position, en silence, pour bien profiter de cette douceur et te sentir mieux.

Les bienfaits de cette activité

La tristesse d’un enfant peut avoir mille origines : le sentiment de ne pas trouver ses repères, d’être incompris, de ne pas être assez aimé…
La maîtrise de la respiration permettra à votre enfant de rééquilibrer son influx nerveux. En étant en harmonie avec lui-même, il lui sera plus simple d’exprimer ce qui lui pèse.
Accompagnez-le en lisant calmement le texte et montrez-lui que respirer, c’est inspirer l’air par le nez et souffler par la bouche. Encouragez-le à renouveler cette séance chaque fois qu’il ressent de la tristesse. 

5. Petit rituel Zen

C’est un superbe outil aux illustrations très poétiques. 30 histoires très courtes pour aider votre enfant à s’endormir. Mais vous pouvez l’utiliser à tout moment : si votre enfant est agité, expliquez-lui qu’il est temps pour lui de s’allonger sur son lit et de fermer les yeux. Il peut choisir l’histoire qui lui convient.
Les histoires sont classées par thématique. Quelques exemples : « Besoin d’espoir, d’expérimenter ses souhaits » - « Retrouver la stabilité » - « Vaincre la nervosité, le stress » - « Besoin de douceur et de tendresse »…
J’en ai sélectionnée une que voici :

La Montagne : Retrouver la stabilité
Ce soir, tu imagines la plus belle montagne du monde, la montagne de ton choix. Tu la contemples, tu observes sa forme, ses couleurs...A quoi ressemble ta montagne ? Est-elle haute ? Large ? Ta montagne est-elle toute blanche, recouverte de neige, out toute verte, recouverte d’herbes ? Le sommet est-il pointu ou arrondi ?
Maintenant, tu t’approches de ta montagne, tu observes sa beauté unique, tu remarques son immobilité, son calme… Tu la respires… Et tu as l’impression que tu deviens cette montagne… Ta tête est la cime, le sommet de la montagne. Tes pieds sont la base, l’ancrage de la montagne. Des pieds à la tête, tu contemples ta montagne… Tu en ressens tout le relief, toute la beauté...tu es immobile et calme dans ta montagne, ta respiration est aussi tranquille qu’une légère bise, qu’un vent tout doux.
Ta montagne change selon les saisons : elle s’habille d’un manteau neigeux en hiver...Elle s’habille de prairies vertes au printemps...Un brouillard épais enveloppe la montagne, on ne la voit plus. Et pourtant, la montagne est toujours là dans toute sa force et sa beauté. La tempête peut s’abattre sur ta montagne, revient le beau temps...La montagne reste solide malgré les changements. Toi aussi, face à tous les évènements de la vie, tu restes toi-même. Tu sais savourer les moments de joie tout comme tu acceptes les moments plus difficiles.
Dans ta montagne, tu as trouvé une marmotte qui aime bien le repos. Tu peux faire la marmotte et dormir tranquille, tu gardes en toi le calme et la stabilité de la montagne. Tu la trouveras à chaque fois que tu en auras besoin.

N’est-ce pas inspirant ? Moi je trouve que si !
Si vous voulez en savoir plus, voici un article de blog détaillé sur le petit rituel zen.

6. La spirale du succès

Pour cette activité, il s’agit de cibler avec votre enfant une activité qu’il aime beaucoup et qui pourrait l’aider à se dépasser. L’activité illustrée est celle du vélo, mais pour des enfants qui ont du mal à faire du vélo (coordination des mouvements), à se concentrer longtemps, ce n’est peut-être pas l’exemple le plus probant. Mais cela peut être un autre sport, une activité artistique...Quelque chose qu’il aime. Ou cela peut être un évènement lié à l’école : parler devant toute la classe, par exemple.

« Dessine une spirale avec un maximum de couleurs qui vont te rendre joyeux ! »

→ Il te faut :  une grande feuille blanche, des crayons de couleur ou des feutres.

  1. Choisis un évènement qui te semble perdu d’avance. Par exemple, réussir à être dans les premiers à l’arrivée d’une course de vélo. Dessine le vélo ou sa représentation au crayon noir.
  2. Prends l’engagement à voix haute que tu vas tout faire pour réussir ta course.
  3. Choisis parmi tes crayons des couleurs foncées, puis de plus en plus claires.
  4. Avec le plus foncé, commence une spirale au centre de ta feuille. Continue-la avec des couleurs de plus en plus claires. A chaque changement de couleur, renforce ton envie de réussir : tu seras dans les premiers à l’arrivée de cette course !
  5. Continue jusqu’aux bords de ta feuille, en gardant l’idée fixe que tu vas tout tenter pour réussir !

Les bienfaits de cette activité

Les enfants aussi peuvent être pessimistes. Ce côté « De toute façon, ça ne marchera pas : » cache la peur de réussir, mais aussi celle de simplement se lancer. Ici, l’enfant s’exprimera avec des couleurs en ciblant un problème précis. Le passage d’une couleur foncée à une autre plus claire symbolisera le fait que même les moments les plus sombres finissent par s’éclaircir. D’autre part, en verbalisant son envie de réussir, il se motivera pour concrétiser ce qu’il désire. Aidez-le, au début, à bien choisir ce dont il veut parler. Vous pourrez lui expliquer également que l’important c’est de vouloir arriver au but.


Ce sont 6 exemples que je trouve inspirants ! Mais il existe de nombreux outils dans ce domaine.
L’objectif étant de les diversifier et de les introduire dans la routine de votre enfant.
Ces trucs et astuces vous ont plu ? N'hésitez pas en parler dans les commentaires et à en découvrir d'autres sur mon blog https://ludosens.com/blog/ A bientôt :-)

logoludosens.jpg

Écrit par...

priscilla
Priscilla Laulan
Description

Maman d’un enfant ayant des troubles autistiques, rédactrice du blog https://ludosens.com/blog/ et créatrice de l’association Ludosens (Bordeaux).
 

Membre depuis

3 mois
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires


Isabelle THOUILLIEZ
15 octobre 2018

Pour aider les enfants à retrouver leur calme intérieur, il y a Ben le koala ! Trois nouvelles animations Ben le koala permettent aux enfants, avec et sans besoins spécifique, de découvrir le yoga. C'est très facile et toujours 100% gratuit. Il suffit de se connecter : - sur la chaîne YouTube de Ben le koala https://youtu.be/8hKLyjo5bws - sur l'application vidéothèque de Ben le koala https://itunes.apple.com/fr/app/ben-le-koala/id1215693286?mt=8

Répondre au commentaire