Ecrit par Jean François Chossy -
Le 10ème anniversaire de la loi du 11 février 2005
Jean François Chossy s'exprime sur le 10ème anniversaire de la loi du 11 Février 2005...
Jean François Chossy
Jean François Chossy

Ancien Député,  Membre Honoraire du Parlement

Soumis par chossy le mer 11/02/2015 - 10:40
Image
10 ans

La loi du 11 Février 2005 dont nous pouvons souhaiter, cette année, le 10ème anniversaire c'est d'abord un texte préparé par le législateur en concertation serrée avec les associations et les personnes directement concernées.

Le titre de la loi est évocateur d'un état d'esprit, il s'agit de L'EGALITE DES DROITS ET DES CHANCES, LA PARTICIPATION ET LA CITOYENNETE DES PERSONNES HANDICAPEES.

Tous les articles de la loi sont tournés vers cet objectif : Donner à la personne handicapée les moyens de vivre son quotidien dans les meilleures conditions.

Pour se faire, l'article 64 préconise la création d'un Guichet Unique , véritable lieu de la simplification, avec la création de la Maison Départementale des Personnes Handicapées ( MDPH ) qui est par définition le lieu ou la personne concernée peut poser les questions les plus complexes pour obtenir les réponses les plus simples .Nombreuses MDPH ont mis un certain temps pour démontrer leur efficacité ,ceci étant essentiellement dû au manque de formation des agents mais l'expérience et la volonté ont vite permis de trouver le rythme de croisière ;pour en arriver aujourd'hui à aborder sans l'appréhender leur transformation en MAISON DE L'AUTONOMIE .Cette démarche permettra, à terme, de concrétiser l'article 13 concernant la suppression des barrières d'âge tant il est vrai que le handicap ne peut pas rester à la porte des institution dès lors que l'on a atteint l'âge de 60 ans.
La loi a voulu promouvoir la grande idée de la Compensation des conséquences du handicap par la création d'une prestation de compensation servie en nature ou en espèce ( ART.12 ) mais une avancée significative est de permettre l'inscription de l'enfant handicapé dans l'école ordinaire la plus proche de son domicile (ART.19 ).

L'école doit être un lieu ouvert à tous et qui doit permettre, non pas forcement la réussite de l'enfant en situation de handicap mais son épanouissement .Depuis le vote de la loi, la formation spécifique des enseignants, la mise en place d'accompagnement (AVS) la participation active des parents sont autant d'éléments positifs qui améliorent la scolarisation des enfants handicapés.

Dans le problème de l'emploi le grand principe est de l'ordre de la non -discrimination ,d'abord en tenant compte des potentialités et des compétences de la personne handicapée avant de considérer ses déficiences et ses difficultés ,ensuite en accompagnant le salarié et en aménageant son poste de travail .La loi a créé un fonds dans la fonction publique (FIPHFP ) pour favoriser l'implication professionnelle des personnes handicapées au sein des trois fonctions publiques, ainsi que la formation des agents en prise avec elles (ART.36) .

Un des éléments structurant de la loi concerne l'accessibilité .Il s'agit de permettre à la personne handicapée aussi bien l'accès aux lieux, que l'accès à la culture, aux sports, à l'information mais également aux soins, au logement, à l'emploi, et de façon plus générale à tout ce qui fait le quotidien de la vie ; quelque soit le type de handicap. Mais on s'aperçoit, 10 ans après la promulgation de la loi, que dans ce domaine -comme dans d'autres- beaucoup reste encore à entreprendre. L'accessibilité universelle n'en est qu'aux balbutiements, l'accueil en établissements n'est toujours pas suffisant ("l'exil en Belgique "a encore de beaux jours), la vie affective et sexuelle reste toujours un tabou, et dans l'esprit du "grand public" la personne handicapée est encore trop souvent regardée avec compassion alors qu'elle a, comme tout un chacun, besoin de considération.

Il est temps de passer de la prise en charge de la personne handicapée (l'assistanat) à sa prise en compte (l'accompagnement) mais pour cela aucune loi ne peut s'imposer : il faut faire changer les mentalités et faire évoluer le regard que la société porte sur le handicap, c'est l'engagement militant et constant de chaque association ce doit être, pour chacun, un comportement citoyen.

Il reste encore de nombreux secteurs à explorer, comme par exemple l'accueil temporaire ou encore l'aide aux aidants ce qui nous oblige à rester mobilisé avec audace, courage et détermination.

echelle

 

Écrit par...

Jean François Chossy
Jean François Chossy
Description

Ancien Député,  Membre Honoraire du Parlement

Membre depuis

47 années 10 mois
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires


LE ROLLAND JOCELYNE
02 juin 2015

Madame Jocelyne LE ROLLAND le 2/6/2015 xxx (coordonnées supprimés conformément à notre charte du site pour protéger la vie privée des internautes) Mr CHOSSY Monsieur, Je suis venue à St Sébastien vous entendre sur "de la prise en charge à la prise en compte" et ce fut pour moi une aide – merci. Voilà 35 ans que j'accompagne dans tous les actes de la vie quotidienne des enfants, adolescents et jeunes adultes polyhandicapés dans un établissement rezéen, près de Nantes. Tout d'abord en tant que remplaçante sans formation, puis A.M.P., ensuite comme Educatrice Spécialisée (formation enrichie par une Maîtrise en Science et Techniques d'Intervention et de Développement Social et un Diplôme Supérieur en Travail Social). Depuis huit ans, je partage mon expérience en tant que formatrice auprès des A.M.P et Auxilaire de Vie au CEFRAS de Nantes et participe à la sélection des futurs travailleurs sociaux. J'ai également écrit des articles publiés dans la revue Lien Social, sur la rencontre avec la personne polyhandicapée, sa période d'adolescence. Aujourd'hui, je propose un livre. Les livres qui parlent du polyhandicap sont des ouvrages techniques qui présentent le polyhandicap ou traitent d'aspects ciblés comme les problèmes de déglutition ou la communication non verbale souvent écrits par des médecins, des rééducateurs, des psychologues, et ils ont leur intérêt. Les livres qui parlent de la personne polyhandicapée dans sa vie quotidienne sont des témoignages souvent écrits par des parents, des proches, et ils ont leur intérêt. "Tous les chemins mènent à l'autre – Auprès de la personne handicapée" publié aux Editions l'Harmattan est la rencontre de deux femmes, l'une, mère d'une enfant polyhandicapée, l'autre, professionnelle en institution spécialisée. Prenez de bonnes chaussures, car la marche les a réunies, vous allez les accompagner, le dimanche matin sur les chemins vertaviens, tout au long de ce livre. Laissez-vous gagner par leurs échanges, même si leur vie n'est pas la vôtre. Acceptez d'entendre ce qu'elles se disent, même si elles ne sont pas toujours d'accord. Amusez-vous également, car le handicap ne tue pas le rire. Pourquoi feriez-vous un petit bout de chemin avec Adèle et Emma ? Peut-être parce que vous êtes déjà concerné par l'accompagnement de personnes en situation de polyhandicap : vous êtes un parent, un frère, une soeur, un proche ou un professionnel ? Peut-être parce que vous n'êtes pas concerné par l'accompagnement de ces personnes, mais vous souhaitez découvrir ce que vivent ces "gens" qui sont peut-être vos voisins, que parfois vous n'avez ni vus, ni rencontrés ? Et pourquoi apporteriez-vous votre concours pour faire connaître ce livre ? Nous pouvons en parler ensemble, n'hésitez pas à me contacter peut-être par mail car je suis encore en poste d'éducatrice spécialisée cela me permet de garder une trace de mes contacts. N'ayant pas réussi à obtenir vos coordonnées, je passe par ce biais qui peut-être fera le relai auprès de vous ? Dans l'attente de vous lire, je vous prie d'agréer, Monsieur l'expression de mes sentiments distingués. J. LE ROLLAND
Répondre au commentaire

Mme
02 juin 2015

Bonjour, oui tout à fait "faire changé les mentalité,des cliché que touche à ses enfants soit polyhandicapée ou soit polyhandicapée avec troubles de comportements,la société même les associations les écarts.C'est pas de respect de la loi 2005!!!!!
Répondre au commentaire

Sur ce sujet :