Ecrit par Frédéric Ruby -
L'écrit du coeur
On m’a demandé d’écrire pour le site Enfant différent. Décrire ? Comment décrire l’indescriptible, comment narrer l’inénarrable, le sublime, le dur, le sage Sasha ?
Soumis par fruby le lun 04/04/2016 - 13:12
Image
Enfant du livre Sasha loup

Sasha Loup, notre fils, a une maladie génétique inconnue. Notre parcours est, bien sûr, un combat au quotidien. Médical, administratif, un combat intérieur également. Mais nous avons choisi de transformer celui-ci, de le sublimer. Étape indispensable pour pouvoir continuer à avancer.

sashavitre_0.jpgSasha n'est pas anormal.
Il est extraordinaire.
Avoir un enfant extraordinaire,
c'est se laisser surprendre par la relation, par l'inconnu,
les laisser dériver hors des sentiers battus,
surtout ne pas en avoir peur.

 

Sasha Loup est surtout le nom d’une terre reculée où seuls quelques aventuriers ont su se frayer un chemin. Heureusement, de plus en plus d’aventuriers voyagent à nos côtés.

Ne sommes-nous pas TOUS des terres lointaines ?   Il est facile de montrer du doigt une île en pensant que celle-ci est plus éloignée, inaccessible, hostile. Mais, l’autre, celui que l’on montre, ne pourrait-il pas en arriver au même constat. De deux personnes, laquelle est la plus éloignée ? Aucune, c’est implacable. Car si l’une s’éloigne, l’autre s’éloigne d’autant.

sasha2Pourquoi dire cela ? Pour montrer que la distance qui s’instaure entre deux personnes tient à chacune d’elles. Et si l’une a du mal à communiquer, pour quelques raisons que ce soit, c’est à l’autre de faire le long chemin, fait de pas…sages. Ceci est vrai pour le handicap mais est à la fois bien plus universel.                                                                       

Au début, Sasha ne cherchait que peu à communiquer. L’important a été de ne pas s’attacher à cela et de continuer le dialogue, quoi qu’il arrive. La parole même non entendue reste une parole. L’écriture m’y a aidé. Je pouvais coucher sur le papier tout ce qui me passait par la tête, les silences de Sasha, les échos des conversations avec ma belle Aurélie, ma compagne de voyage, maman de Sasha. Au début, tout cela restait intime, secret et n’avait pas vocation à être publié. Puis, l’année dernière, l’envie est venue et le carnet de voyage au pays de Sasha loup est né.

sashachapeauLe livre parle de lui, de nous, des autres, de la dureté de notre « voyage », de la normalité, de l’anormalité, de la joie et surtout de l’ouverture que celui-ci nous procure malgré tout. Les formes d’écriture y sont variées. Le ton est tantôt décalé, humoristique, philosophique, poétique. L’humour, les jeux de mots sont très présents. Ils servent à dédramatiser la situation et à appuyer de façon décalée une réflexion plus profonde sur notre perception de la différence. Un travail photographique parsème le livre.
Pour nous, ce livre est un catalyseur de dialogue.

Partons tous à l’aventure, découvrons ces ils, ces elles qui nous entourent.

 

sashabebe
A la naissance de Sasha, déjà qu'il n'y avait pas de garantie, ils auraient, au moins, pu nous filer le mode d'emploi !

 

couvsasha
Sasha Loup, le petit garçon qui n'avait pas de larmes
- Site internet / Extraits du livre : http://www.semeurdetrouble.fr/petit-garcon-navait-pas-larmes/
- Boutique en ligne (paiement sécurisé) : http://boutique.semeurdetrouble.fr/
- Page Facebook / actualité du projet : http://www.facebook.com/lepetitgarconquinavaitpasdelarmes 

 

Écrit par...

...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires


Margaux
01 juin 2016

Bonjour et Merci, Monsieur Frédéric Ruby, Nous devons tous mener un combat avec nous-mêmes, avec les autres... et quand parfois survient le combat de vivre, d'éduquer, d'aimer un enfant "différent" , sans que l'on s'y attende, comment s'y prendre dans cette société stigmatisée par la peur de la différence ? Cette fermeture d'esprit, l'inconnu, l'égoïsme, l'individualisme, l'indifférence. Comme vous l'avez si bien narré, ils ne sont pas différents, ils sont extraordinaires et le fait de décider de rire, de dédramatiser, cela amène de la légèreté à la "lourdeur" le temps d'un instant pour mieux avancer et continuer le combat. Vous me rappelez l'éducation, la "philosophie de vie" insufflée par mes parents. Encore Merci. Bien cordialement. Margaux.
Répondre au commentaire