Ecrit par ANPEA -
Communiquer avec un enfant aveugle ou malvoyant
Extrait de "Patati et pas à pas" : guide pour les parents et la famille d’enfants aveugles ou malvoyants de 0 à 6 ans
Image
patati

Les conseils, trucs et astuces de l'association ANPEA dans son guide pour les parents et la famille d’enfants aveugles ou malvoyants de 0 à 6 ans

Illustration : Claire Gaudriot

Vous serez peut-être désorienté au début, car il n’y a que peu ou pas d’échanges visuels entre votre enfant et vous. Mais vous vous apercevrez vite qu’il existe de nombreux moyens de compenser cet échange : par l’odorat, le toucher et la parole notamment. Les caresses et les massages, par exemple, procureront du bien-être à votre enfant. Il exprimera son contentement par des mouvements de son corps puis par des gazouillis et des sourires. De même, votre enfant ne voit pas l’expression de votre visage, alors n’hésitez pas à forcer le trait quand vous vous adressez à lui pour exprimer vos sentiments, même si cela vous paraît peu naturel au début ; les variations d’intonation remplaceront les mimiques et les expressions de votre visage. Vous verrez aussi que votre enfant adopte une posture d’écoute lorsque vous lui parlez, qu’il est attentif à votre voix.

La communication verbale est très importante : votre voix est pour votre enfant un lien avec son environnement.

Par vos paroles, vous traduisez pour lui, à travers vos descriptions, vos conversations, le monde qui l’entoure. Ce « bain de langage » est très important. Vous aurez peut-être l’impression de tout le temps parler, et parler sans interaction peut vous paraître bizarre, mais c’est très important.

Quand vous n’êtes pas physiquement proche de votre enfant, veillez à capter son attention lorsque vous vous adressez à lui : soyez tourné vers lui, appelez-le par son prénom avant de vous exprimer. Évitez de vous approcher de lui sans faire de bruit, cela peut le surprendre et lui faire peur.

Le bébé déficient visuel ne voit pas les lèvres bouger. Par conséquent, lorsque vous parlez, laissez-le toucher vos lèvres, votre gorge et sentir les vibrations de votre voix. Pour l’aider au début, ses mains sur votre bouche dans les premiers temps de son développement vont lui permettre de découvrir cette situation de communication par le langage. Veillez cependant à ce que cela ne devienne pas systématique et que cela ne coupe pas la communication au lieu de la favoriser.

Dites où vous êtes, où vous allez même si vous pensez en dire trop. Mettez-lui en main et nommez tout ce qui le concerne (couche, biberon, cuillère...) afin de lui constituer une banque de mots. Expliquez les bruits du quotidien et les bruits accidentels. Votre enfant peut en effet avoir peur d’un bruit qu’il n’identifiera pas (comme par exemple, la sonnerie du téléphone, un klaxon...).

 

Le langage est un bon moyen d’échange, mais il doit être associé aux sens du toucher, de l’odorat... 

 

Il faut ainsi favoriser l’expérience pour que les mots aient du sens. Langage et expérience doivent être le plus possible reliés même si cela est difficile, voire impossible, pour certaines notions (telles que les couleurs pour les aveugles). Déjà tout petit, pensez à faire écouter le mot et à toucher en même temps ce qu’il désigne afin que le contact manuel enrichisse le vocabulaire et le langage de votre enfant d’une représentation précise.

Reliez le plus possible les mots aux expériences qu’il peut faire. Cette association entre le mot et l’expérience faite évite ce qu’on appelle le verbalisme (utiliser des mots sans en connaître le sens). Si votre enfant vous demande comment est réellement fait un objet inacces-sible comme un avion, une tour..., n’hésitez pas à faire la comparaison avec quelque chose qu’il connaît ou à lui faire toucher une représentation en miniature de l’objet si elle existe.

PAROLE DE PARENT

Nous avons fait des "leçons de choses" pour notre fille à l’aide de petites boîtes remplies d’objets à thème : une boîte avec les affaires de toilettes (gant, brosse à cheveux, brosse à dents...), une boîte avec des cuillères (cuillère en bois, en plastique, grande, petite...)... Nous l’incitons toujours à répéter le mot de l’objet ou de la texture qu’elle découvre tactilement.

Essayez de ne pas déformer les mots (par exemple : « Tu veux jouer avec la tuture ? », « Tu veux boire ton lolo ? »). Il est au contraire important de parler clairement, de redire les mots nouveaux et de reprendre ceux qui sont mal prononcés. Il n’est en revanche pas utile de parler plus fort sous prétexte qu’il ne voit pas ou qu’il voit peu.

Éviter de prévenir les besoins de votre enfant lui permettra de s’exprimer, de susciter la parole. Questionnez-le pour savoir ce qu’il veut : « Veux-tu boire ? » plutôt que de lui apporter directement son biberon ou un verre. Invitez votre entourage à s’adresser directement à lui, même s’il est tout petit.

Lui lire une histoire du soir est un moment privilégié entre vous. Ne l’en privez pas sous prétexte qu’il ne peut voir un livre et ne lui faites pas seulement écouter des histoires enregistrées. Racontez-lui des contes, développez son imaginaire, cela enrichira son vocabulaire. Vous pouvez utiliser les livres tactiles, multisensoriels et tous ceux qui permettent des manipulations (retrouvez la liste des éditeurs spécialisés dans les annexes). Chants et comptines sont généralement bien appréciés. Ce moment sera aussi un rituel qui permettra à votre enfant de se situer dans la journée.

patati_Illus_Communication_boites_coul_0.jpg

Ne laissez pas votre enfant s’installer dans ses petites habitudes et ne plus avoir en-vie de faire des découvertes. Confrontez-le à de petits problèmes et laissez-le cher-cher la solution tout seul (par exemple, ouvrir une boîte). Cela suscitera sa curiosité et favorisera les échanges tout en développant la communication.

N’ayez pas peur des moments de silence, ne cherchez pas à meubler à tout prix. Respectez les moments de calme.

Faites confiance avant tout au lien naturel qui vous unit à votre enfant, à votre instinct et en ses capacités

PAROLE DE PARENT

Quand mon fils avait environ trois ans, nous étions tous les deux dans le jardin et nous sommes rentrés nous abriter dans la maison parce qu’il s’était mis à pleuvoir. Mon fils m’a alors demandé pourquoi il ne pleuvait pas dans la maison. Je n’avais encore jamais pensé à lui faire toucher le plafond. J’ai alors compris le nombre infini de choses qu’il faudrait montrer, décrire pour qu’il puisse se forger une certaine idée de son environnement.


Le Guide Patati et Pas à Pas

« Vous venez d’apprendre la déficience visuelle de votre enfant et vous vous sentez certainement démuni, angoissé.
Vous vous posez légitimement de nombreuses questions. (…) »

Ce guide, édité par l’ANPEA, s’adresse aux parents et la famille d’enfants malvoyant ou aveugles (0 – 6 ans). Il est assorti d’annexes expliquant les démarches administratives, présentant les professionnels intervenant autour de l’enfant déficient visuel, proposant un glossaire…

Vous pouvez commander ce guide et ses annexes auprès de contact@anpea.asso.fr ou télécharger la version numérique.
Télécharger le guide
Télécharger les annexes 2019

 

Écrit par...

logo de l'anpea
ANPEA
Description

L’Association Nationale des Parents d'Enfants Aveugles (ANPEA) mène des actions en faveur des enfants aveugles ou malvoyants sans troubles associés de 0 à 25 ans (ou tout du moins jusqu’à l’autonomie du jeune devenu adulte), ainsi que pour les enfants aveugles ou malvoyants avec troubles associés sans limite d’âge.

Membre depuis

1 année 5 mois
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires