Ecrit par -
Concilier vie professionnelle et vie de famille quand on élève un enfant handicapé…
L’arrivée des enfants amène le couple à se positionner sur leur temps de travail, la mobilité professionnelle… et ainsi prévoir un mode de garde de leur enfant. Situation de handicap ou pas, l’organisation familiale mais aussi des rôles et places de chaque membre de la famille évoluent.
Enfant Différent
l'équipe Enfant Différent
Soumis par Equipe Enfant-… le mar 13/10/2015 - 17:57
Image
Concilier vie professionnelle et vie de famille quand on élève un enfant handicapé…


Lorsque l’un des enfants est malade ou handicapé, la plupart des familles ont des contraintes supplémentaires…
 

Des plannings « de folie » 

Qui ne court pas aujourd’hui pour emmener les enfants au sport, au cours de musique, chez l’orthophoniste, etc. ?  Les familles d’enfants handicapés sont concernées par les mêmes plannings mais peuvent avoir à gérer bien d’autres déplacements : rendez-vous  médicaux et paramédicaux, transports vers un établissement… La liste des sollicitations peut être longue. La proximité géographique est bien souvent un luxe. La rareté des dispositifs spécialisés lorsque l’enfant en a besoin entraîne des trajets importants. 

De même, un élément important est l’aspect bien souvent non pérenne des plannings mis en place. Prises en charge et traitements médicaux ne sont pas mis en place définitivement, des réajustements sont souvent nécessaires. Comment faire lorsque l’on a abouti à un accord avec son employeur sur des jours de travail calés sur le jour d’accueil au CAMSP (par exemple) et que ceux-ci changent d’une année sur l’autre….

Durant un trimestre, notre enfant n’allait au collège que pendant les temps d’inclusion soit 2 heures par jour. Son emploi du temps variait chaque semaine, en fonction des absences. De plus, dès le retour des vacances de la Toussaint nous avons dû assumer nous-mêmes les trajets domicile-école (1h aller-retour) suite à la défection de son accompagnateur. 

 lire la suite du témoignage de cette maman….

Sur le plan financier, les familles peuvent être amenées à choisir des solutions coûteuses, comme l’aide à domicile, lorsque l’enfant n’est pas accueilli ou seulement à temps partiel dans les structures ordinaires (crèche, école…).

Des conséquences sur la vie professionnelle

Tout ceci peut entraîner des difficultés à mener une vie professionnelle sereine.  

 Certains parents doivent même envisager des changements professionnels, par exemple travailler moins ou occuper un emploi moins prenant, pour répondre aux besoins de leur enfant. Certains autres parents déménagent parce qu’ils ont décidé que leur enfant devait avoir accès à tel ou tel service qui n’est pas offert dans leur région. Ces changements transforment les projets, les attentes et les dynamiques familiales.

 Extrait du guide « Votre enfant est sourd »

Une étude menée par Audrey Guyard pour l’Université Joseph Fourier en 2012 conclut que le non-emploi apparaît nettement plus fréquent chez les mères d’enfant porteur d’une déficience sévère qu’en population générale. Elle révèle que le recours à des soins  extérieurs, les horaires spécifiques des établissements, etc génèrent des contraintes sur les temps personnels et professionnels des parents.
http://www.enfant-different.org/vie-professionnelle-des-parents/non-emploi-chez-des-meres-enfant-handicapes

Aménager son temps de travail

Le droit du travail permet différents aménagements et congés pour vous permettre de libérer du temps, ponctuellement ou pas.
Les différents congés possibles sont décrits sur le site du Service public : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/N510.xhtml

Parmi les congés spécifiques, on trouve  le congé pour enfant malade,  le congé de présence parentale,  le congé de proche aidant (anciennement congé de soutien familial),  le congé de solidarité familiale. Attention : certaines prestations ne sont pas cumulables, il faut se renseigner à ce sujet avant d’opter pour telle ou telle prestation.

Par ailleurs, la législation récente permet désormais à un parent d’un enfant gravement malade de bénéficier des jours de repos donné par un collègue (qu’il travaille dans la fonction publique ou le secteur privé). Une mesure qui a été débattue comme en témoigne la position du Collectif Inter-associatif d'Aide aux Aidants Familiaux (CIAAF) : http://www.enfant-different.org/vos-aides/don-dheures-de-conges-entre-salaries

Pour bénéficier d’horaires individualisés, l’article L3121-49 du code du travail indique que : « les aidants familiaux et les proches de la personne handicapée bénéficient dans les mêmes conditions d'aménagements d'horaires individualisés propres à faciliter l'accompagnement de cette personne handicapée. ». Il s’agit d’un aménagement d’horaires, pas une réduction du temps de travail.

Reste ensuite la possibilité de demander une réduction du temps de travail et de travailler un temps partiel, par une modification temporaire ou indéterminée du contrat de travail. Rien n’oblige votre employeur à l’accepter. Cela entraînera une diminution de votre salaire. A savoir : une réduction du temps de travail peut donner accès à un complément de l’AEEH.

Il faut savoir aussi que certaines entreprises via un accord de branche ou convention collective peuvent faciliter le maintien dans l’emploi des parents d’enfants malades ou handicapés dans des meilleures conditions, par exemple par des mesures facilitant le télétravail ou la mobilité interne du salarié (par exemple un poste avec des horaires différents)… La politique sociale, l’écoute de l’employeur et la prise en compte de situations individuelles peuvent faire une  différence. Certaines entreprises se font connaître par exemple en signant la Charte de la Parentalité en Entreprise. Ce peut être un critère de choix lors d’une recherche d’emploi…

Quand l’aménagement, la médiation n’est plus possible avec un emploi salarié ou un poste dans la fonction publique, certains parents optent pour la création d’entreprise. Parfois cela crée l’occasion de mettre en œuvre un projet personnel souhaité, parfois cette modalité de travail n’est pas vraiment celle que le parent aurait souhaitée…

Maintenir une vie professionnelle équilibrée, mener à bien ses projets, garder du temps pour soi, pour les autres enfants… tous les parents en ont envie et besoin, c’est un réel défi pour les parents d’enfants en situation de handicap ou malades. 

Écrit par...

Enfant Différent
l'équipe Enfant Différent

Membre depuis

47 années 10 mois
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires


Christel 81
08 octobre 2017

Demande d informations : pour les aidants proches d un enfant différent, qui sont salariés, est ce que l aménagement d horaires du poste de travail est une obligation pour l employeur vu qu il existe un article de loi, ou seulement une entente entre le salarié et son patron ? Merci de la réponse

Répondre au commentaire

Bonjour
Les articles L323-9-1 et L212-4-1-1 du code du travail n'évoquent pas une mesure facultative : "Les aidants familiaux et les proches de la personne handicapée bénéficient dans les mêmes conditions d'aménagements d'horaires individualisés propres à faciliter l'accompagnement de cette personne handicapée."
http://www.enfant-different.org/vie-professionnelle-des-parents/articuler-vie-professionnelle-et-vie-familiale-quels-conges
L'article L323-9-1 du code du travail stipule que ces mesures sont prise "en fonction des besoins dans une situation concrète" et qu'un refus peut être considéré comme une discrimination.
Il faut cependant une entente entre l'employeur et le salarié sur la façon dont les horaires seront individualisés concrètement…
Nous vous conseillons reprendre contact avec des spécialistes du droit du travail pour avoir des informations complémentaires : délégués du personnel, syndicat, Direction/Inspection du travail (Direccte), ou avec l'association Juris Santé...
A bientôt,
L'équipe d'Enfant-différent

Sur ce sujet :