Ecrit par Inpes -
Le bilinguisme
Le bilinguisme consiste à donner deux langues à l'enfant sourd : la langue des signes et la langue française
inpes
Inpes

Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Soumis par inpes le lun 10/07/2017 - 10:27
Image
guide la surdité de l'enfant

Le but est de favoriser l'épanouissement de l'enfant, puisqu'il dispose à la fois de la langue des signes française, avec laquelle il s'exprime plus facilement, et de la langue française orale, souvent langue de ses parents et, en tout cas, de la société.

Le bilinguisme consiste à proposer au jeune enfant sourd et à ses parents un environnement linguistique comprenant :

  • l’apprentissage de la langue des signes avec la participation de l’enfant à des séances individuelles et/ou de groupe animées par des professeurs de LSF. Il est important d’apporter une formation aux parents et aux frères et sœurs pour qu’il n’y ait pas de décalage de communication avec l’enfant ;
  • l’apprentissage du français oral, puis écrit, grâce à un appareillage précoce, éventuellement un implant cochléaire, à l’orthophonie individuelle et en groupe, et à l’utilisation du code LPC. 

Théoriquement, ces deux voies sont suivies parallèlement par une équipe pluridisciplinaire. Dans les faits, cela peut se faire de façon très différente, en fonction de l’équipe, des compétences de l’enfant et de la famille.

Certains spécialistes recommandent d’utiliser le plus rapidement possible la langue des signes avec les jeunes enfants sourds. Bien adaptée à leur perception visuelle, cette langue leur permet de communiquer sans efforts et sans difficulté. À condition d’une imprégnation précoce, l’enfant forme ses premiers signes, puis ses premières phrases, au même âge qu’un enfant entendant; il entre dans le dialogue, dans l’expression aisée de ses désirs et sentiments... Il peut ainsi avoir un développement affectif, psychologique, intellectuel et linguistique parfaitement normal, ce que l’on peut vérifier chez les enfants sourds de parents sourds utilisant la LSF. En revanche, pour un enfant sourd de parents entendants, cette imprégnation ne peut se faire au sein de la famille et suppose l’intervention de professionnels sourds. L’accès à cette langue est plus aisé pour lui que pour ses parents, et il faudra du temps pour qu’elle devienne une langue intra-familiale.

L’accès à la langue des signes pour les parents peut se faire en suivant des cours de langue des signes (dans l’établissement où l’enfant est pris en charge ou à l’extérieur) et en fréquentant des personnes sourdes au sein des associations. Le contact d’adultes sourds signants permet de mieux comprendre un certain nombre de réalités liées à la surdité.

Des classes bilingues sont ouvertes dans différentes villes. Cette possibilité récente d’une éducation bilingue, même si elle n’est pas géographiquement accessible à tous, va dans le sens d’une meilleure prise en compte des besoins des personnes sourdes.

Même si un enfant maîtrise bien la langue orale, il peut être intéressant de lui permettre d’accéder ultérieurement à la langue des signes pour répondre à son besoin de communiquer plus naturellement avec d’autres sourds signants. 

la-surdite-de-l-enfant.jpgSource: La surdité de l'enfant. Guide pratique à l'usage des parents. Editions Inpes. Fondation de France. 2005

Écrit par...

inpes
Inpes
Description

Institut national de prévention et d’éducation pour la santé

Membre depuis

11 mois 2 semaines
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires