Ecrit par -
L’Allocation Journalière de Présence Parentale (AJPP)
Une allocation pour s’occuper d’un enfant gravement malade, en situation de handicap ou accidenté…

Vous répondez au commentaire :


Déborah
01 juin 2016

Bonjour, je suis maman d'une petite fille née avec une cardiopathie lourde mais cependant curative par une opération aux alentours de ses 6mois. Ca c'était les prédictions des médecins. En réalité, de 1mois de vie à 6mois et 4 jours de vie, ma fille n'a cessé 'être hospitalisée. Pour très mauvaise prise de poids liée à sa cardiopathie d'abord, puis pour de nombreuses infections nosocomiales qui se sont malheureusement acharnées...(manque de personnel, étourderies, stagiaires sans encadrement, etc l'hôpital français va très mal, croyez en une maman qui a suivi sa fille pendant 5mois en hôpital). Elle a fini par décéder à l'âge de 6 mois. C'est posée la problématique de l'arrêt de travail. Hors de question de laisser ma petite fille seule à l'hôpital, suite à mon congé de maternité je ne pouvais reprendre le travail. Si j'acceptai cette aide pitoyable qui est octroyée par l'état, je passai d'un salaire de 1900euros net avec tous les engagements qui vont avec à 910euros. Mon conjoint a une paye similaire donc qui ne compense absolument pas cette perte de salaire. L'assistante sociale elle même de l'hôpital Necker en nous recevant déplorait qu'il n'y a aucune autre aide, nous demandait si dans la famille on ne pouvait pas nous prêter d'argent ? Non....dans notre famile on ne pouvait pas nous prêter d'argent. J'ai donc choisi la solution la meilleure pour éviter de combiner à la détresse psychologique, la détresse financière : l'arrêt maladie. Lorsque quelqu'un perd un emploi (voir même négocie son licenciement)il touche l'équivalent de son salaire. Et nous, parents dans la détresse de devoir suivre notre enfant à l'hôpital, on nous propose cette AJPP, et nous devrions nous en contenter en silence. En ayant rencontré tant de parents au cours de l'hospitalisation de ma fille, j'ai entendu cette détresse : comment faire ? Continuer à travailler est impensable! Notre enfant est à l'hôpital. Des tout petits parfois, comme dans notre cas, qui ont besoin de leurs parents auprès d'eux! Alors certains négocient leur départ avec des patrons compréhensifs, d'autres acceptent cette allocation parce que leur salaire de base en est proche et que leurs engagement de crédit, loyer ou autre n'est alors pas en péril, d'autre surnagent en prenant ce qui passe. Nous, parents d'enfants malades et handicapés, n'avons spas le temps et l'énergie pour manifester et écrire des tas de paperasse pour montrer à quel point nous sommes négligés par l'état. Nul ne sait si il n'a pas traversé cela.
Répondre au commentaire
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires