Ecrit par Université de Mons -
Enfant différent … les questions de l’autodétermination.
La notion d’autodétermination gagne à être connue et est de plus en plus favorisée dans l’accompagnement des enfants en situation de handicap.
Université de Mons
Soumis par universite le ven 27/03/2015 - 16:43
Image
Enfant qui marche sur des rails, des adultes le regardent

La notion d’autodétermination gagne à être connue et est de plus en plus favorisée dans l’accompagnement des enfants en situation de handicap. De quoi s'agit-il ?

Qu’est-ce que l’autodétermination ?

Agir de façon autodéterminée, c’est être animé par un sentiment de contrôle au sujet des évènements qui nous entourent. C’est se connaître soi-même, savoir nos forces et nos faiblesses, résoudre des problèmes, et procéder avec autonomie. C’est encore agir en fonction de nos choix et de nos intérêts. Il importe de dire que chaque personne, quel que soit son âge ou sa situation de handicap, peut apprendre à être maître de son existence.

La notion d’autodétermination gagne à être connue et est de plus en plus favorisée dans l’accompagnement des enfants en situation de handicap. Sans être clairement identifiée, elle constitue un droit défendu et défendable par la convention relative aux personnes handicapées de l’Organisation des Nations Unies (ONU), ratifiée par la France en 2010 et s’y inscrit au sein de plusieurs articles. À titre d’exemple, dans l'article 3 concernant les principes généraux, la Convention évoque l'objectif du « respect de la dignité intrinsèque, de l'autonomie individuelle, y compris la liberté de faire ses propres choix, et de l'indépendance des personnes ». L'article 19, sur l'autonomie de vie et l'inclusion dans la société, évoque à nouveau le droit de faire des choix et d'orienter les décisions qui concernent leur propre vie.

Comment devient-on autodéterminé ?

L’autodétermination fait appel à des capacités, qui dépendent du développement et des apprentissages qu’un enfant peut faire quotidiennement. Il s’agit d’un processus qui s’inscrit sur le long terme et peut commencer à n’importe quel âge. Mais les milieux de vie de cet enfant, et dans notre cas présent le milieu familial et éducatif, joue une influence déterminante surtout s’ils interviennent à des moments précoces. C’est en effet durant la période de l’enfance que les apprentissages sont les plus significatifs. Ce sont par conséquent les parents et les enseignants qui vont offrir les occasions à l’enfant de faire des choix, qui engendreront à leur tour un sentiment de compétence, en leur fournissant les outils nécessaires.

Attention, tout de même, il est normal que des situations ne se prêtent pas à des comportements autodéterminés, soit parce qu’elles sont trop dangereuses, soit parce que la société impose des règles à respecter. On ne peut pas tout faire, n’importe quand, n’importe comment et c’est le cas pour tout le monde!

 En quoi l’autodétermination est-elle importante ?

L’apprentissage d’une telle compétence peut débuter simplement par le choix des vêtements que l’enfant veut porter, décider du film qu’il désire voir ou de l’activité qu’il souhaite faire. Mais être acteur de sa vie implique de décider le devenir de celle-ci. Chaque personne a le droit de donner son avis sur le projet qu’il convoite, de suivre l’éducation qu’il souhaite. L’enfant tient donc une place centrale dans son parcours. Elle participe aussi à la reconnaissance et à la considération de chaque individu comme citoyen actif de la société. Les études montrent ainsi que les personnes agissant de manière autodéterminée ont une meilleure qualité de vie et sont plus motivées à réitérer des expériences.

Comment les parents peuvent-ils concrètement améliorer les compétences de leurs enfants ?

En tant que chercheurs, nous travaillons sur la conception d’outils de formation pour des personnes avec déficience intellectuelle de tous les âges. Il s’agit de guides décrivant des méthodes pour leur apprendre à faire des choix, envisager les conséquences de ceux-ci, et à connaître progressivement ses forces pour les utiliser ultérieurement. L’application de ces apprentissages demande de procurer un cadre sécurisant, mais non restrictif, dans lequel l’enfant peut faire l’expérience de réussites. Nous avons également développé un programme éducatif qui permet à la personne de résoudre des problèmes, d’établir les étapes nécessaires à adopter vers sa solution en tenant compte des ressources disponibles et d’évaluer les résultats. Ces formations sont réalisables au besoin à l’aide d’un accompagnant privilégié de l’enfant, comme le sont bien entendu les parents. En partenariat avec l’association Trisomie 21 France et l’Université de Bordeaux, nous mettons actuellement au point l’adaptation de ces outils vers un format adapté aux tablettes numériques et aux ordinateurs.

Quelles perspectives pour l’autodétermination des personnes avec déficience intellectuelle ?

En 20 ans, la société a fait un grand pas en avant pour les situations de handicap. L’heure est à l’établissement d’une société inclusive. Des choses restent cependant à faire : il s’agit de permettre aux individus de se déplacer comme bon leur semble et d’avoir accès aux transports en commun, mais aussi à l’information, d’adapter l’environnement pour les besoins de chacun et non pour l’« Homme moyen » inexistant. L’objectif est de soutenir chacun dans ses démarches d’expression de ses droits et devoirs et de s’épanouir, tout simplement. Il s’agit aussi de modifier les représentations de la société au sujet du handicap : voir davantage les capacités que les incapacités, considérer le handicap non plus comme intrinsèquement lié à l’individu, mais dépendant d’une situation particulière vécue à un moment déterminé. Cette situation à laquelle chacun d’entre nous peut être confronté un jour ou l’autre.

Robin Bastien
Doctorant

Marie-Claire Haelewyck
Professeure

Service d’Orthopédagogie Clinique
Université de Mons (Belgique)
http://www.umons.ac.be/ortho

 

Écrit par...

Université de Mons

Membre depuis

47 années 10 mois
...

Vous avez des astuces à partager, une information à ajouter ou une expérience à raconter ?

Laisser un commentaire

CAPTCHA Ceci est un test qui nous permet de valider que vous n'êtes pas un robot.

(*) : champs obligatoires


urruty
24 avril 2015

Bonjour, mon petit garçon a eu une grave maladie à l'âge de 5ans et demi, son parcours fut long et n'est toujours pas fini aujourd'hui on ne lui apprend pas à lire,il est mis de côté l'éducation nationale ne peux plus rien pour lui,alors il l'on parquer mus de côter. POURQUOI. Pourtant il à maintenant toute les capacités pour y arriver, mais 3 ans d'hôpital et plus personne ne veux de lui cette société le rejete oui je suis très en colère. J'aurais encore tellement à dire.
Répondre au commentaire

Enfant-Différent
27 avril 2015

Bonjour, Votre petit garçon doit pourvoir aller à l'école comme tous les enfants de son âge. Pour vous accompagner vous pouvez prendre contact avec des organismes comme la fnaseph, aide handicap école, des associations proches de chez vous... http://www.fnaseph.fr/ http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/R14610.xhtml Vous pouvez aussi échanger avec d'autres parents sur des forums de discussion comme : http://forum.enfant-different.org/ ecole-inclusive@yahoogroupes.fr Si votre enfant fréquente encore l'hôpital, vous pouvez aussi rencontrer l'assistante sociale de l'hôpital. La scolarité des enfants malades dépend de l'éducation Nationale, vous pouvez donc contacter votre inspection académique. Si vous le souhaitez, vous pouvez nous contacter et nous expliquer votre situation webmaster@enfant-different.org Bien cordialement, l'équipe d'Enfant-Différent
Répondre au commentaire

Elisabeth Clermont
04 juin 2015

Bonjour, je viens de lire votre article sur l'autodétermination. j'ai des élèves avec des troubles importants des fonctions cognitives. J'encourage beaucoup les parents à travailler l'autonomie avec leurs enfants et à les inciter à faire des choix. Si vous produisez des guides pour les parents, puis-je en prendre connaissance? Merci. E.Clermont
Répondre au commentaire

Enfant-différent
11 juin 2015

En réponse à par Elisabeth Clermont

Bonjour, Je vous conseille le guide de l’Unicef intitulé « Prenez-nous au sérieux ! L'implication des enfants handicapés aux décisions qui affectent leurs vies » http://www.unicef.org/disabilities/files/take-us-seriously_french_rev1… Il peut être intéressant de consulter les guides sur l’estime de soi, comme celui-ci : http://www.estimedesoietdesautres.be/img/estime-de-soi.pdf Le thème de l’autonomie de l’enfant est abordé dans de nombreux livres et guides sur l’enfance. A noter aussi : les guides Imagine ton projet de vie sur l’aide à la formulation des projets de vie. Elaboré à destination des aidants et des personnes avec une trisomie 21 http://www.firah.org/centre-ressources/upload/notices2/decembre2013/tri… Vous pouvez consulter la fiche de Participate sur l’autonomie : http://www.enfant-different.org/temoignages/43-quotidien/382-autonomie-… Nous vous envoyons d’autres références bibliographiques par mail. Pour suivre les publications de l’Université de Mons : http://portail.umons.ac.be/ Bien cordialement L’équipe d’Enfant-différent

Gloanec Julien
04 juin 2015

Bonjour, Cérébrolésé (Accident Moto: 27/10/2009), me voilà aujourd'hui, Père de ce Merveilleux Sourire à la Vie. Je Désir inéluctablement, pouvoir communiquer, (le plus largement possible), ce : "Ne Baisse pas les Bras, Tu as ta Chance!", à Tout ces plongés, en ce Sombre et Désarmant Handicap. Mon point de vu de Victime, se devant inévitablement accompagné, de ces points de Vues Professionnels: Me voici, on ne peut plus Motivé, prêt à Bondir sur toute soumission de Collaborations entre ces Professionnels-Santé-Handicap, et ces Points de Vue, Vécus,Ressentis, Espoirs,simples Croyances et Témoignages, attachés au Blessé-Allongé, que j'étais...plongé en ce Sombre Handicap, m'ayant vu Enterré. Ce "Renoncer au Renoncement", se doit Inévitablement, être des plus Largement Diffusé! Merci Beaucoup, A Bientôt, M.Gloanec Julien
Répondre au commentaire

mimo
08 juin 2015

j ai un fils qui a 11ans et que depuis son cp a toujours des difficultés d apprentissage et cette annee on m a proposé qu il aille dans une école d enfants avec fort handicap mais j ai refusé . car je suis allée voir l ecole et je vois que ce n ai pas pour mon fils je suis en suisse sur le canton de vaud et je propose que mon fils va dans ecole publique avec une assistance en classe esque c est possible ? car il a aussi de bonne notes lorsqu il veut travailler . merci de me donner conseille
Répondre au commentaire

nys guillaume
08 juin 2015

Mon fils Hugo vient d'avoir 18ans mais handicapé syndrome en référence je viens d'avoir une rencontre famille à St Jean de Védas association FLORARE un de vos représentant Mr Bresson Roman était présent pour nous présenter votre assos HALTE POUCE Je viens vers vous et me permets de vous demander de bien vouloir me donner un relai sur salon de Provence ou les environs pour demander de l'aide pour mon enfant et moi même, ainsi que les coordonnées téléphoniques. Je vous en remercie par avance Mr NYS
Répondre au commentaire

Enfant-different
19 juin 2015

Bonjour Nous vous conseillons de contacter l'association Insieme Vaud qui sera en mesure de vous conseiller au sujet de l'orientation scolaire de votre fils. Voici les coordonnées : http://www.insiemevaud.ch/ Bien cordialement L'équipe d'Enfant-différent
Répondre au commentaire