Actualité
30 août 2018

Accueillir et scolariser les enfants en situation de handicap, de la naissance à 6 ans et accompagner leur famille

editeur2
Soumis par editeur2 le jeu 30/08/2018 - 08:34
hcfea

Le Conseil de l’enfance du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge (HCFEA) a remis son rapport à Agnès Buzyn,  ministre de la Santé et des Solidarités, et à Sophie Cluzel, secrétaire d’État chargée des Personnes handicapées.


Le  Conseil  de  l’enfance  recommande  d'inclure  et  de  socialiser  tôt  les très  jeunes  enfants  en situation  de  handicap  et  en  difficultés  spécifiques,  dans  les  modes  d’accueil  et  à  l’école maternelle,  d’aider  les  familles,  de  faciliter  l’articulation  avec  la  vie  professionnelle ,  et ce faisant,  de  prévenir  les  risques  additionnels  de  fragilisation  du  couple,  des  fratries  et  de l’économie familiale.

Entre 60000  et  70000  enfants  avant  7  ans  bénéficient  de  l’allocation  d’éducation  de  l’enfant handicapé  (AEEH),  d’un  projet  personnalisé  de scolarisation  (PPS)  ou  d’un  suivi  par  les  centres d’action médico-sociale précoce (CAMSP). Pourtant, le Conseil de l’enfance du HCFEA, montre qu’il y a un besoin d’accompagnement plus précoce pour 30 000 à 40000 enfants  supplémentaires, toutes réponses confondues.

Pendant  la  première  enfance,  les  enfants  en  situation  de  handicap  ne  se  sentent  pas  différents  des autres  et   leurs   camarades n’ont  pas  encore  un  regard  façonné  par  les  normes  physiques  ou comportementales.
Le Conseil de l’enfance du HCFEA préconise donc une inclusion très précoce des jeunes enfants en situation de handicap dans les modes d’accueil. Ces enfants doivent bénéficier d’un traitement prioritaire en fonction de leurs besoins, de la situation de leur famille et de l’offre d’accueil existante. Le principe du «Zéro sans solution»doit être appliqué.

Il faut alors envisager :
-une majoration des moyens alloués pour favoriser leur accès à tous les types d’accueil individuels et collectifs;
-la structuration en réseau des professionnels au plus près des enfants en généralisant les unités mobiles d’appui et de ressources pour les modes d’accueil,les temps de réflexivité et de formation dans les crèches et pour les assistantes maternelles;
-le développement d’une offre mixte et diversifiée, en particulier les solutions hybrides entre accueil collectif et accueil individuel, entre l’école et les modes d’accueil de la petite enfance.

L’inclusion  généralisée  des  enfants  de  moins  de  6  ans  en  situation  de  handicap  repose  encore aujourd’hui  largement  sur  l’école,  souvent  à  temps  partiels.  La  plupart  des  enfants  en  situation  de handicap sont scolarisés à partir de 4 ans, cependant, entre 30 et 40% d’entre eux ne le sont pas à 3 ans.  Plus  globalement,  le  HCFEA  préconise  une  prise  en  charge  plus  précoce,  sur  des  temps  plus complets et plus réguliers pour près  de 30000 enfants. Pour répondre aux besoins d’apprentissage et de socialisation de l’enfant, il est recommandé de systématiser des offres alternatives d’enseignement et des solutions hybridant école, modes d’accueil petite enfance et activités extra-scolaires.

Des premières difficultés, jusqu’à la recherche d’un diagnostic et son annonce, le parcours des familles est  jalonné  d’inquiétudes, de  contradictions  et  de  difficultés  administratives.  Le  HCFEA  souligne  la nécessité de faciliter la vie des familles et recommande de diffuser et d’appliquer la circulaire de 2002
relative  à  l’accompagnement  des  parents  lors  de  l’annonce  d’un handicap,  de  renforcer  les  appuis psychologiques, de valoriser l’expertise des familles sur leur enfant. Le Conseil préconise l’appui de coordinateurs de parcours dès les premières démarches, ainsi que la mise en place d’une plateforme nationale d’informations fiables.

Les frères et sœurs jouent un rôle clé dans le développement et la socialisation des enfants en situation de  handicap.  Ils  sont  nombreux  à  souffrir  de  la  «différence»  de  leur frère  ou sœur  et du  déficit  de disponibilité de leurs parents.
Prendre en considération les fratries nécessite de leur donner une priorité d’accès aux services de droit commun (modes d’accueil, activités extra-scolaires, vacances en groupe).
Pour  renforcer  l’inclusion,  et  encourager  les  relations  d’enfants  à  enfants,le  collège  des  enfants  du HCFEA  propose  que  les  fratries  et  les  camarades  interviennent  dans  les  écoles  et  suggère  l’édition d’un «guide des amis des enfants en situation de handicap».


Le HCFEA fait apparaître une fragilisation familiale et professionnelle des familles qui ont un enfant en  situation  de  handicap.  Plus  que  les  autres,  elles  sont  monoparentales,  les  mères  sont  sans  activité professionnelle ou à temps partiel, leurs revenus sont inférieurs. Pour soutenir la parentalité et faciliter l’articulation avec la vie professionnelle, le Conseil de l’enfance recommande :
-de consolider les aides financières;
-de prolonger la PreParE à temps partiel jusqu’aux 4 ans de l’enfant;
-d’instaurer un «right to request», droit pour tout salarié parent d’enfant en situation de handicap de demander à son employeur un aménagement souple du temps et du lieu de travail.

Pour consulter le rapport :
http://www.hcfea.fr/IMG/pdf/Rapport_inclusion_handicap-petite_enfance_VF.pdf

Pour consulter l'avis, la synthèse :
http://www.hcfea.fr/spip.php?rubrique11